Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Loka - Passing Place - Ninjatune


Tracklist (CD) :
1. Entrance feat. Sera Baines
2. As The Tower Falls feat. Eleanor Mante
3. The Tower
4. The Art Of Burning Bridges
5. Sam Star feat Eleanor Mante
6. The Beauty In Darkness feat. Lido Pimienta
7. Temporary External feat. Lido Pimienta
8. The Sound Stars Make
9. Attrition Exposed feat. Lido Pimienta
10. No Water
11. Mirror Image Opposite
12. Exit
 
Loka
Loka
Passing Place
[Ninjatune]
(2011)
Distribution : Pias



Plus d'infos :
http://www.ninjatune.net
http://ninjatune.net/artist/loka
Cinematic Orchestra meets Super Numeri meets John Barry... Avec tout ça on a tout dit... et rien.
As the Tower falls est la grandiloquente conclusion d'une course poursuite au milieu d'une circulation dense, d'un dernier instant passé par-dessus du parapet d'un immeuble qui s'écroule … un moment épique. Un suspens Hitchcockien au cadrage serré. Le travail est éminemment plus porté sur la conclusion, la fin ( les sentiments ses déchainent sous les instruments à vent de The Tower) que la construction ou la progression d'un thème. Le fracas est ce qui caractérise bien des ambiances portées par l'album passing place. Un fracas contrôlé bien sûr, nimbé de suaves mélopées.
La fin est si proche qu'elle est quasiment annoncée dans un générique de fin (Sam Star) et ce dès le milieu de l'album. La suite est tout aussi profonde mais révèle un côté moins chargé en cuivres et en cymbales. Sur le très long Beauty in darkness Lido Pimienta vient contenir les instruments de sa belle voix avant de les s'ébattre dans un final ( encore un!) en deux parties où le calme succède à la tempête.
Ce calme, cette sérénité, cet « instant d'après » sont exactement ce que vous êtes en droit d'attendre sur la deuxième partie d'album.
On peut comme Lou Rhodes ne faisait plus qu'un avec Cinematic Orchestra sur Time & space ( album ma fleur) la chanteuse colombienne Lido Pimienta a gagné ses galons de prêtresse de velours face aux cuivres assourdissants et se fond dans la matière de Attrition exposed. On devrait la retrouver dans d'autres productions du groupe ou de la maison Ninja Tune. La filiation avec Cinematic orchestra se poursuit sur Mirror opposite image en montrant une grande utilisation de l'espace sonore.
A ce petit jeu-là de « on tire d'abord, on discute après » Loka prouve la mainmise sur la dynamique des orchestrations en s'éloignant de tout psychédélisme de forme, ne serait-ce que par la longueur des pièces.
Un ovni (œuvre Vaillante Nourrie et Indomptée) de plus même si cela n'est plus une surprise dans le paysage Ninja Tune.
Erik
Note du chroniqueur : (4.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 11 Novembre 2011.

A recommander à ceux qui aiment :